Cercle Généalogique de Conflans-Sainte-Honorine et de la Batellerie

Retour à la liste d'articles

D comme... Dolmen

D comme... Dolmen

Le dolmen, ou allée couverte, de Conflans

Il y a près de 150 ans, une allée couverte était mise à jour à Conflans, dans le quartier de Fin d’Oise.

C’est en effet, en 1872, un carrier conflanais proposant des blocs de grès à une entreprise de pavage de Saint-Germain-en-Laye intrigua l’entrepreneur. Celui-ci demanda à visiter la “carrière”.

Il trouva ainsi une fosse d’environ huit à neuf mètres de long, sur deux mètres de large et un mètre quatre-vingt de hauteur. Les parois de la fosse étaient tapissées de dalles. Dans sa structure, on pouvait distinguer un vestibule doté d’une ouverture circulaire, auquel faisait suite une chambre contenant des ossements humains.

Pressentant l’importance de cette fosse, l’entrepreneur alerta une de ses relations, qui identifiant l’ensemble comme une sépulture mégalithique, fit arrêter l'exploitation et prévint le directeur du musée gallo-romain de Saint-Germain-en-Laye.

aperçu articles/Dolmen/Allée_couverte_Conflans.jpg

Gravure du XIXe siècle de l'allée-couverte à Conflans-Sainte-Honorine

Celui-ci arriva immédiatement. Il désintéressa le carrier, fit récupérer les dalles et entreprendre des fouilles. Celles-ci révélèrent des silex taillés et une magnifique hache percée en serpentine.

Aujourd’hui, on peut voir l’allée-couverte de Conflans, remontée dans les fossés du château de Saint-Germain, musée des Antiquités nationales, et les outils préhistoriques trouvés versés dans les collections.

Cette allée-couverte, sépulture collective, remonte à l’époque néolithique. Elle relève de la civilisation dite Seine-Oise-Marne (2500 à 1700 avant Jésus-Christ). On en trouve d’autres dans la région comme à Vauréal (la fosse aux Anglais), à Brueil-en-Vexin (la Cave aux Fées), etc. Mais l’un des monuments des plus intéressants se trouve dans le bois de Morval, près de Guiry-en-Vexin, où le bouchon de fermeture était encore présent sur place. (Il est préservé et présenté maintenant au musée archéologique de Guiry.)

Les dolmens ne sont peut-être pas les seules traces mégalithiques à Conflans. La rue de la Haute-Borne, commune avec Eragny, pourrait rappeler à la mémoire collective l’existence d’un menhir. Quoi qu’il en soit, on voit ainsi que le site de Conflans a bénéficié d’une occupation humaine très ancienne.